Aciérie

La Fusion au four électrique

Les paniers de ferrailles déchargés dans le four de fusion sont complétés avec du charbon et de la chaux. Ces additifs servent de réducteur d’impuretés et de complément d'énergie. Le four est confiné dans une enceinte métallique appelée « dog-house ».La fusion est obtenue par un arc électrique entre trois électrodes de graphite auxquelles s'ajoutent des injections de carbone, d'oxygène et de gaz naturel.

Le cycle de fusion normal est en moyenne de 45 minutes. La production d’acier à partir de ferrailles produit deux catégories de matières : l’acier et les laitiers.

Pendant la fusion, les éléments minéraux présents dans la ferraille notamment, appelés laitiers, remontent en surface. Ils sont évacués en continu en basculant le four de fusion. Ce laitier est coulé puis est dirigé vers une zone dédiée où il sera refroidi par aspersion d’eau. Il sera enfin déferrisé et préparé en vue de sa valorisation.

L’acier liquide obtenu est déversé par le trou excentré dans une poche dont les réfractaires ont été préchauffés à près de 1000 °C. La poche est placée dans la fosse de coulée, portée par un chariot peseur. La température de coulée s’établit aux alentours de 1630-1650°C. Chaque coulée produit environ 150 tonnes d’acier. L’aciérie produit ainsi 27 à 28 coulées en moyenne par jour.

Affinage en poche

La poche d'acier est ensuite transportée par un chariot vers un four d'affinage, appelé four poche, destiné à la mise à nuance et à la mise en température de l'acier.

Selon les caractéristiques souhaitées par les clients, des ferro-alliages sont rajoutés en diverses proportions. L’acier y est brassé par un gaz neutre pour être homogénéisé en nuance chimique et en température.

La poche préparée est ensuite transférée à l’aide d’un chariot puis d’un pont-roulant de grande capacité (230t) vers la coulée continue.

Coulée continue

La poche d’acier liquide est posée, par le pont-roulant, sur les bras du tourniquet. Cet équipement permet la rotation des poches entre elles et garantit ainsi la continuité de la coulée.

L’ouverture de la poche est ensuite actionnée à partir du pupitre de commande à distance, libérant par gravité l’acier liquide dans un répartiteur qui distribue le métal liquide sur 6 lignes de production.

L’acier liquide est ensuite moulé dans une forme carrée, appelée lingotière, sans fond dont les parois sont refroidies par de l'eau. L'acier se solidifie alors progressivement formant une billette d’acier de section carrée de 155 x 155 mm. Elles sont finalement coupées par oxycoupage (gaz naturel/oxygène) à la longueur désirée (13,2m). Elles seront ensuite laminées au laminoir.

Les billettes sont alors marquées d’une étiquette puis acheminées vers le laminoir par une navette automatique (locotracteur). En cas de dysfonctionnements, elles sont stockées en attendant d’être laminées.

accueil emploi email