Histoire

1872 La Société Métallurgique de Haute Moselle est fondée le 1er mars 1872 par 18 administrateurs nancéiens (propriétaires, industriels, ingénieurs, philosophe) en majorité parmi lesquels Victor de Lespinats, ingénieur civil des Mines de Paris dans le but de construire et exploiter des hauts fourneaux sur le terrain de 5.5 ha qu’ils ont acheté à Neuves-Maisons et de procéder à la recherche du gisement minier et à sa mise en exploitation. Après la guerre de 1870, la France qui a perdu le bassin ferrifère de Lorraine et la quasi-totalité de ses usines sidérurgiques, doit investir dans de nouveaux sites. Le choix du site est lié à la présence de la voie ferrée Nancy-Dijon, ce qui relie l'usine au réseau des chemins de fer de l'Est et au projet de branche Sud du canal de l'Est. Le but est de construire une usine à fonte qui utiliserait le minerai de fer abondant sous le plateau de Haye situé à proximité. A cet effet, la Société acquiert des terrains à l'intersection de la ligne de chemin de fer Nancy-Dijon et du tracé prévu pour le Canal de l'Est (alors en projet). La vocation sidérurgique de la Vallée.

1902 La première aciérie de conversion de type Thomas est installée sur le site.

1914 – 1918 La Grande Guerre n'arrête pas les activités de Neuves-Maisons qui reste alors la seule usine sidérurgique de l'Est à travailler pour la Défense Nationale, malgré de nombreux bombardements, ce qui lui vaut une citation au Journal Officiel.

1922 – 1939 Les investissements reprennent après les hostilités: fours à coke, soufflante à gaz, train à fil en 1922… mais sont à nouveau stoppés par la deuxième Guerre Mondiale.

1947 nouveaux fours à coke, une centrale thermique plus puissante (250000 KW), un train continu à billettes et un train continu à fil.

1955 Les usines de Neuves-Maisons, les fours à chaux de Vaucouleurs et les Tréfileries de Sainte Colombe et Vierzon se substituent à la Compagnie des Forges de Chatillon-Commentry et Neuves-Maisons sous la raison sociale de : Société des Aciéries et Tréfilerie de Neuves-Maisons Chatillon. Le premier train continu à fil à deux veines est construit pour la fabrication de bobines de 330 à 440 kg ou de barres droites.

1979 Aciérie OBM

1981 fusion avec USINOR (nationalisation de la sidérurgie: Usinor-Sacilor): restructuration de l'activité de la Division des produits longs Une nouvelle aciérie de conversion de type O.B.M. est construite avec deux convertisseurs de 125 tonnes.

1981 Nouvelle coulée continue arrêt de la coulée en lingotière.

1984 Suite à un nouveau plan de restructuration de la sidérurgie adopté par les Pouvoirs Publics, le site de Neuves-Maisons est rattaché à une société nouvellement créée par USINOR: UNIMETAL. L'Etablissement devient UNIMETAL Neuves-Maisons.

1986 La société adopte la filière électrique avec la construction d'un four électrique de 150 tonnes. (four électrique UHP, dans les locaux de la nouvelle aciérie O.B.M).

1991 Le train à fil est adapté pour le laminage de fil en couronne crénelé à chaud. La même année, un atelier de transformation dénommé ACOR Neuves-Maisons est implanté sur le site pour la production de bobines laminées à froid.

1993 Création de la SAM.

1995 USINOR cède SAM et ses filiales au groupe britannique ASW (Allied Steel and Wire).

2000 Le groupe RIVA (40 sites dans 11 pays, 25 000 personnes, 10ème rang mondial (4ème rang européen): 15 millions de tonnes) acquiert la totalité de SAM et de ses filiales.

2002 Le four électrique fait l'objet d'une modernisation importante (dépoussiérage).

2003 SAM Neuves-Maisons obtient la certification ISO 9001 version 2000 en janvier. Le système de dépoussiérage et de captation des fumées est modernisé.

2011 SAM Neuves-Maisons obtient les certifications ISO 9001 version 2008, ISO 14001 version 2004 et OHSAS version 2007.

2015 SAM Neuves-Maisons obtient la certification ISO 50001 version 2011.

accueil emploi email